André Boyer, écrivain

Journal les Tourelles, Édition de Mars 2019     

Inventeurs

Les inventeurs

L'arrache-souche (The stump puller)
Les cultivateurs devaient quelquefois déployer beaucoup d'ingéniosité pour
alléger le fardeau de leur travail. C'est ainsi qu'une certaine invention
d'Alcide Latendresse de Sainte-Béatrix fut brevetée. Cette machine
nouvelle porta le nom d'arrache-souche (the stump puller). Le brevet fut
délivré le 12 mars 1901 et porte le no. CA 70543. Les experts et les
connaisseurs en disaient beaucoup de bien. Il y a 69 brevets au Canada
pour des «Arrache-souches».

La bébelle
La Bébelle

Il y a plus de cent trente huit ans, Norbert Ladouceur et son fils
Godefroi Ladouceur fabriquaient «au couteau» une pièce artisanale
surnommée par les enfants du temps: «La Bébelle». Norbert et
Godefroi avaient sculpté sur bois une foule de statuettes
représentant presque tous les métiers du temps, dans l'exercice de
leurs fonctions respectives. Le tout, relié par des broches et
morceaux de cuir, à une manivelle qui, lorsque mue, faisait
fonctionner tous ces personnages, démontrait l'esprit ingénieux du
créateur. «La Bébelle» compte plus de cinquante personnages. Elle
fut exposée durant «la foire-miniature» de Sainte-Béatrix tous les
samedis, en soirée du 24 juin au 30 juillet 1961, lors des fêtes du
Centenaire. Il y a quelques années «La Bébelle» fut remise au
Comité du patrimoine de Saint-Ambroise-de-Kildare, par un
descendant de Norbert et Godefroi Ladouceur, Marcel Ladouceur.

La trépigneuse
La Trépigneuse (Treadmill, Horse-power)

En franchissant le fleuve Saint-Laurent sur un traversier à vapeur, Nicolas Geoffroy et Joseph Ladouceur, de retour après un séjour dans les chantiers et scieries aux États-Unis, croisèrent un autre traversier dont les roues à aubes étaient activées par des chevaux faisant tourner les engrenages. Le jeune Ladouceur fut frappé par ce mécanisme. À son arrivée à Sainte-Béatrix, il raconta ses nombreuses aventures à son entourage qui l'écoutait émerveillé, le
soir au cours de longues veillées. L'idée de «roues à aubes activées par des chevaux» intéressa un de ses parents, Job Ladouceur qui fut le premier à Sainte-Béatrix à fabriquer de véritables «Horse-power» afin d'actionner les batteuses et les scies circulaires.
Certains Canadiens eurent des brevets pour des inventions similaires dont Elias James Severance, de Montréal, pour une «Machine à battre le grain», brevet no 257du 5 mai 1849. Achille et François X. Bellefeuille, de Trois-Rivières, pour un «Manège à cheval», brevet no 5266 du 11 octobre 1875.

(Sources: Ste-Béatrix d'hier à aujourd'hui; Bureau des brevets du Canada; Les premières inventions Québécoises des éditions Quebecor; le journal l'Action)

Suivez-nous!

© Patrimoine Sainte-Béatrix, 2019 - 2023 | Tous droits réservés

Made with ‌

Drag & Drop Website Builder